Xcuse my Frenglish

Petit webzine bilingue (ou presque)

Benjamin Biolay – Palermo Hollywood (FR & EN)

Message perso : Benjamin ? Tu fais ch*** pu*** ! C’est pas possible d’être capable d’autant de beautés musicales, d’avoir tout cet or artistique dans les mains, tout ce savoir, ce génie… heureusement que tu partages 😉

BB telerama dot fr

Autant vous le dire tout de suite : j’ai lu plusieurs articles sur cet album et me suis écoutée plein d’interviews accordées par l’artiste. Tout le monde l’encense -à juste titre-, mais je ne suis pas du genre à aimer aveuglément (adorer serait sans doute plus exact LoL). Non, si un truc me déplaît, qu’importe toute l’admiration que je lui porte, je ne me gênerai pas pour l’exprimer.

Benjamin Biolay a un côté animal, impulsif, passionné, entier. A sa timidité fait écho un franc-parler incisif, direct, marqué par la vie. Si vous me demandez, je ne pense pas que l’on puisse être un bon musicien sans être sensible, ni même être un artiste intéressant sans avoir quelques blessures ou espoirs, en tout cas sans avoir une certaine vision de la vie, qu’elle soit positive ou négative.

En trois coups de gueule, balayons l’insupportable…

Coup de gueule #1
Commençons par un soi-disant “retour en grâce” de l’artiste (Télérama 19 avril 2016). Comment dire ? Biolay n’est jamais tombé en disgrâce ! Ou alors, il faudrait préciser de quelles grâces vous parlez chers chroniqueurs. Si ce sont celles d’un groupuscule néo-intello souffrant de parisianisme aigu, ils ne peuvent en aucun cas représenter l’ensemble de l’auditorat de Biolay. Si vous parlez en terme de chiffre ou de volume de vente : comment jugez-vous un succès, quels sont vos critères ? Vengeance et Trénet étaient deux albums super agréables, qui comme tous les albums, représentent un instantané dans une vie. Les renier (après les avoir salué avec moult courbettes et bouches baveuses, notamment l’album d’adaptations & hommage au Fou chantant), c’est aussi cracher sur une grande partie de son public, celle-là même qui avance au même rythme que l’artiste et reçoit avec joie ses compositions. Hypocrisie dédaigneuse à gerber qui oublie que cet homme écrit aussi beaucoup pour les autres

Coup de gueule #2
A tous les chroniqueurs et journalistes qui semblent s’éblouir subitement du talent de cet auteur/compositeur/interprète multi-instrumentaliste, qui signe ses orchestrations et arrangements… vous étiez où lors de la sortie de Rose Kennedy ? Avez-vous manqué Négatif et Trash Yéyé (pour ne citer que ceux-là) ?  Non, je n’aime pas tous les titres de tous les albums mais la très grande majorité pour ne pas dire la quasi-totalité. Chaque album regorge de trésors musicaux et donne une idée de l’incroyable talent de Biolay, sauf si on n’est prêt ni à écouter, ni à recevoir. Et si vous n’êtes pas d’accord, grand bien vous en fasse, nous pourrons agréer être en désaccord. 🙂

BB la voix du nord dot fr
Retour à l’album Palermo Hollywod

Si lors de son lancement sur les réseaux sociaux, le titre éponyme de l’album Palermo Hollywood m’avait laissée perplexe, l’album m’a depuis envoûté et  les titres se disputent dorénavant la place de “chanson-qui-tourne-en-boucle” dans ma tête… C’est particulièrement serré entre Palermo Queens, Miss Miss et La Débandade, mais les autres titres se bousculent au pied du podium. La photographie et l’ambiance des clips sont superbes. Un vrai régal. (Les vidéos, c’est par ici : Palermo Hollywood, Miss Miss, Palermo Queens, La Débandade). Le seul bémol : la séquence avec l’annonceur dans sa voiture est un peu longue…

Ambiance feutrée et dansante aux rythmes sud-américains chaloupés à souhait ; de l’aveu même de son auteur, l’album s’est construit un peu comme la bande originale d’un film. Un film passionné, avec des émotions exacerbées, vécues dans leur intensité latine.
Soyez prêts à vous laisser happer… et quand Biolay avoue un côté danseur, ça rend toute résistance encore plus compliquée…

Yokoonomatopea – bon courage pour la prononciation !surprend à l’écoute. Un son tout droit sorti des années 90s qui ne cadre pas vraiment avec le reste de l’album, mais une chanson qui est finalement très écoutable.Les goûts et les couleurs 😉

Une question me brûle… sur la couverture arrière de l’album, entre les logos des maisons de production et les titres des plages d’écoute est écrit “Volume 1“… présage de projets futurs déjà en chantier ou l’expression d’un espoir, d’un désir ?  Réponse dans l‘article de Gilles Médioni pour L’Express – extrait :

« Je ne suis pas parti les mains dans les poches en Argentine, raconte Benjamin Biolay. 10 titres étaient écrits. Au final, une quarantaine ont été enregistrés, une trentaine seront disponibles. » Puisque Palermo Hollywood, Vol 2, est prêt à mixer. On entendra Camelia Jordana sur un duo. « Cette deuxième partie est plus rock, plus sud-américaine et plus urbaine »

Coup de gueule #3
Il serait de bon ton d’arrêter de comparer Gainsbourg et Biolay sans cesse.
Oui, ils sont tous deux surdoués ; oui, ils ont chacun magnifiés les femmes qu’ils ont invité à chanter ; oui, ils ont tous les deux ce penchant pour le 7ème art ; oui, ils ont tous deux une franchise percutante ; oui, ils dégagent tous les deux quelque chose de sulfureux et oui, ils aiment tous deux beaucoup trop la clope… mais zut à la fin !
Imaginez la pression qui s’impose sur les épaules pour une référence qui se veut un hommage au talent de Biolay. Ne peut-on pas laisser Biolay être Biolay et Gainsbourg être Gainsbourg ??? J’admire et respecte énormément chacun de ces artistes. Si on pouvait se concentrer sur le présent et lâcher la grappe au vivant, ce serait pas mal.
J’ai l’impression que ça fout Biolay mal à l’aise en plus. Ceci dit, il est vrai que le titre Tendresse Année Zéro rappelle terriblement son prédécesseur…

Si vous écoutez André Manoukain parler de la séduction de Benjamin Biolay, vos oreilles ne vont pas s’en remettre… Sa voix chaude et son regard inquisiteur, scrutateur, qui vous fixe tant de défiance que de tendresse -selon les circonstances- viendront annihiler toute résistance opposée à sa passion et à sa belle gueule, qui est définitivement bien plus que ça ! Biolay ne laisse personne indifférent : on aime ou on déteste, il y a rarement des avis entre les deux extrêmes. Quoi que vous entendiez à son sujet, tentez toujours de trouver une interview dans laquelle il s’exprime complètement.

Suivez Benjamin Biolay sur Facebook et sur Twitter @Benjamin_Biolay
Son site officiel
est par ici : website


Note: for copyright reasons, the videos may not be visible in your country. Please check sites like DailyMotion and YouTube with these search terms: Benjamin Biolay Palermo Hollywood. The links in the article will lead you to stage performances now you can purchase his album online on Amazon for instance. Enjoy!
Warning: this English version will be shorter than the French one. You wouldn’t want for me to repeat everything, take my word on this one 😉 So let’s target the essential, shall we?


BB rfi dot fr

Whether you like him or not, his talent is undeniable. This hyper-productive songwriter is mind-blowing. Multi-instrument-player, he exalts music to a level that’s not often reached nowadays. Each of his compositions, should these be for him or for others, unveils sound research coupled to rich orchestrations. If you’ve followed his career from the beginning, you’re not surprised by his talent and the variety of music atmospheres he’s able to offer effortlessly.

In the French part of this publication, I’ve yelled out about what some journalists tend to always mention when it comes to him.
– They tend to say he got into some sort of disgrace since the hit album La Superbe. This is forgetting he produced great albums afterwards and that he worked with other artists as well.
– Comes the never ending comparison with Serge Gainsbourg. Well, it’s meant positively, now you can tell through the interviews that if Biolay is flattered to hear that he’s called the “new Gainsbourg”, he still doesn’t understand why him better than any other songwriter. You’ll see that he’s bad at ease with this and refuses any comment that asserts his talent would overlap his predecessor’s. I must admit that the song “Tendresse année zéro” does recall Gainsbourg’s work…
– Finally, it seems some people have forgotten his previous work and stand surprised by his talent… that’s a joke, really… you can’t write about Biolay and act like his talent is brand new! He’s always had everything in him. Should he look for other ways to write or follow his never-ending quest for the perfect sound (the perfect sound for each specific tune), his orchestrating talents have been there since his very 1st album Rose Kennedy.

Let’s talk about Palermo Hollywood, shall we?
Impossible to resist the Sud-American rythm, the damp and sensual atmosphere in his songs. Personally, I’m obsessed by Palermo Queens, Miss Miss and La Débandade.
It’s weird… The song Yokoonomatopea seems a bit out of place though, with its 90’s sound… Now you should listen to the full album to make your own mind. WARNING: it’s addictive (to the delight of your ears… and souls).

I can tell you that the songwriter’s personality, his passion, his outspokenness, his sensitivity are really pulling through the tracks. Is you ask me, Benjamin Biolay is the best representative of the current French music scene. There is so much to say about him, so much to discover. Are you ready? Get started!

Follow Benjamin Biolay on Facebook and on Twitter @Benjamin_Biolay
His official website

BB palermo IdolesMag dot com


Illustrations Sunburnsout.com, Telerama.fr, lavoixdunord.fr, rfi.fr, fr.napster.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Information

This entry was posted on May 19, 2016 by in albums & Co/Cie, anglais, english, français, french and tagged , , .
%d bloggers like this: