Xcuse my Frenglish

Petit webzine bilingue (ou presque)

So you’re into SN… (EN & FR)

What_word_bubble playbuzz dot com

Like the commercial says: “hey, what did you expect?”
You haven’t misread. I did write SN and not SM… naughty little minds ha ha ha! Let’s keep this one for another post, well eventually… 😉

SN, like Social Networking. Maybe could I have written “the misleads and good use of social networking” but no. Let’s say this is closer to a little rant about nowadays seld-centredness. Don’t get me wrong, SN has great sides, when used properly.

When you’re a public person, a movie or music star, if you have thousands of people worshipping you, it makes sense to create sham contact via SN. You appear close to your admirers, who became your followers. Because their will to be part of your life – or to welcome you in theirs – is so strong, they dream thanks to you and through each detail of your seemingly amazing life is feeding their dreams and hopes. Now would you less feed them, would their support disappear? Ever wondered? Considered the amount of “people” people who are successful without being connected on SN 24/7, guess it’s ok to be off line too. Of course, the audience is likely different and it seems the world needs to keep on moving on with the cyber world, keeping on developping it further.

OK so are you famous?
Whether yes or no, do you really believe that what you think/do is going to make a difference?
Seriously…

Heard lately : “SN are depressing people because they see others posting all the time [meaning they do not post as often] and it makes the 1st ones feel their life less interesting than the others.” BullSH*T! There is another way to look at things: “so all of these actually believe that the cyber world could care about what they’re doing, what they’re eating [etc.]??? Pathetic.” Argh, vanity has a long life to live…

I see friends posting all the bloody time what they do, who they are/have been hanging out with, taking pics of their meals… let’s say: “why not?”
Now when you spend the evening with them and they show symptoms of addiction, no matter how great the evening with them is, that’s when it starts really to alter the human relationships.
Try to have a conversation with them without them reaching out to their smartphone to “show you” what they are talking about – commenting some posts on the way (of course!). At some point in the conversation, ask what your friend’s been up to, say, two weeks ago…
-I went to wherever with whoever and posted about it on XyZ, have you seen it?-Well no…

There are sometimes – ok often – so manyfriends” on a SN page that you know it’s just impossible for your real-life-friend to know all of them individually. And lost in the middle of all of them, your friend will probably not notice if you didn’t “like” one of the posts… or more! What if you’d choose not to be connected for the next few weeks? Give that a try and share your experience.

Society has obviously hit a level of narcissism never reached before. When a SN is used to share witty lines, fun, to forward new talents discoveries or real alerts, when you exchange with your close ones that unfortunately live on the other side of the world, when it helps you raise funds for charity or artistic project or helps you get a job, SN fills its goal(s). When it’s used at a one-way-focus level, it’s a dulling tool.

It’s not as if there was ONE SN, there are too many of them – hey what were you thinking? There’s profit to generate so don’t even expect this to decrease. If MySpace seems to have lost its power to Facebook, Twitter the challenger came along to bother in 140 characters. Don’t feel like writing even a line? Post a pic on Instagram or Pinterest, re-post on Google+ etc. Damn! How many accounts do you have??? Can you feed them all? Do you really have that many interesting things to say? Are you happy with the safety level of your accounts? Whatever…

In these schizophrenic times that has people want to shine as much as they are seeking authenticity, we’ll end up going back to genuine exchanges, sooner or later. If the web has annihilated borders and SN made new contacts worldwide easier, I meet more and more people waking up, looking crazed and with sudden conscious of the limits of SN.

-Do you do SN?
-Every once in a while…
-You mean, you’re not connected right now?
-Emmm no, why should I?
-Well I just posted I’m having a great time with you!!
-…

2_452e0 quizz bizz.jpg

(pics from playbuzz.com and quizz.biz)


socialnetwork2 factopinion dot info

Comme le dit la pub : “hey, what did you expect?” (“Hey, à quoi vous attendiez-vous ?“)
Vous avez bien lu, je n’ai pas écrit SM… bande de coquins va, ha ha ha ! On va se garder ça pour une autre publication… ou pas !

SN, pour Social NetworkingRéseaux Sociaux. Sans doute aurais-je pu écrire : “du bon usage et des dérapages des réseaux sociaux” mais bon… disons que ce post est plus l’expression d’un profond agacement quant au nombrilisme des utilisateurs de ces réseaux sociaux. N’allez pas vous méprendre, ces réseaux ont de bons côtés et ce sont les utilisateurs qui modifient le visage de ces systèmes.

Si vous êtes une personne publique, vedette du cinéma ou de la chanson et que des milliers de personnes vous idolâtrent, il est bienvenu sinon logique de créer un semblant de contact avec eux via les réseaux sociaux. Vous apparaissez plus proches de vos admirateurs, devenus vos followers (“suiveurs“). Leur envie de faire partie de votre vie – et/ou de vous inclure dans la leur – est si forte qu’ils rêvent à travers vous, et chacun des détails que vous leur fournirez sur la toile connectée viendra nourrir ces rêves et espoirs. Mais est-ce que leur donner moins serait les perdre pour autant ? Vous êtes-vous jamais posé la question ? Perdriez-vous leur soutien ? Si on considère le nombre de people qui ont du succès sans être connecté à chaque seconde, il semblerait que ne pas être hyper connecté est tout à fait acceptable. Evidemment, le public est alors un peu différent et le monde semble destiné à avancer coûte que coûte avec le monde virtuel, continuant à le développer.

OK – Êtes-vous connu ?
Que votre réponse soit oui ou non, êtes-vous à ce point persuadé que vos pensées et vos actions vont faire la différence ?
Sérieusement…

Entendu il a y peu : ” Les réseaux sociaux sont source de nouvelles formes de dépression, parce que les gens voient leurs amis publier à tour de bras sur ce qu’ils font [contrairement à eux, qui publient moins], dans les détails. Les premiers pensent que leur vie est moins intéressante que celle de leurs amis.” Foutaises ! Il y a une autre façon de voir les choses… ” donc toutes ces personnes croient vraiment que leur cercle virtuel s’intéresse à ce point à ce qu’ils vivent et font, avec qui et où ? Pathétique. ” La vanité a encore de beaux siècles devant elle…

Je vois des amis (qui s’éloignent de la vie réelle pour exister plus dans la cyber-sphère) publier tout le temps, donner toutes les indications de leurs déplacements, de leurs activités, le détails des personnes avec qui ils sont puis prendre leur repas en photo… ok pourquoi pas ? Je ne suis pas la seule à voir les limites de la pratique quand même ???
Passez la soirée avec ces hyper-connectés et vous allez rapidement découvrir les symptômes de leur addiction. La soirée a beau être réussie, les réseaux sociaux viennent altérer les rapports humains.
Essayez d’avoir une conversation avec eux. Ils dégaineront leurs smartphones à la moindre occasion pour vous ” montrer ” de quoi ils parlent tout en commentant quelques publications tierces se faisant, bien sûr. Vous glissez une question apparemment anodine, qui renvoie votre ami(e) deux semaines en arrière. Et la réponse…
-J’étais à ce truc avec bidule, j’avais posté sur xWz, t’as pas vu ?
-Ben non…

Il y a parfois – ok souvent – tellement d’amis sur un profil de réseau social que vous savez parfaitement qu’il est impossible que votre ami(e)-de-la-vraie-vie les connaisse tous personnellement. Vous êtes perdu(e) au milieu de la multitude tant et si bien que votre amie(e) ne remarquera sûrement pas si vous n’avez pas “liké” (aimé et validé) une de ses publications… ou plus ! Et si vous faisiez le choix audacieux de ne pas vous connecter pendant plusieurs semaines ? Tentez le coup et partagez votre expérience !

Notre société a manifestement atteint un degré de narcissisme jamais égalé. Quand un réseau social est utilisé pour partager des traits d’esprit, de l’humour, faire découvrir de nouveaux talents ou faire suivre de réelles alertes, quand ils servent de plateforme d’échanges avec ceux que vous aimez qui vivent à l’autre bout du monde, vous aident à lever des fonds pour des soins médicaux, des projets artistiques ou à trouver un travail, le réseau social remplit sa fonction. Quand il est utilisé en sens unique, c’est un outil abrutissant.

S’il y avait un seul et unique réseau social, on pourrait peut-être passer entre les mailles du filet “tendance” mais il y a foison de sites. S’il y a profit à l’horizon, logique que les gourmands s’engouffrent dans la brèche et multiplient les offres !
Si MySpace semble avoir perdu son souffle face à Facebook, Twitter s’est posé en challenger et en 140 charactères maximum. Vous n’avez pas envie d’écrire une seule ligne ? Publiez une photo sur Instagram ou Pinterest, republiez sur Google+ etc. Merde ! Combien de comptes avez-vous ??? Et vous pouvez suivre ? Avez-vous tant de choses intéressantes à dire ? Avez-vous tout sécurisé proprement? Bref…

En ces temps un rien schizophréniques, où les personnes ont autant besoin de briller qu’ils sont en recherche d’authenticité, nous finirons par revenir à des échanges humains “à l’ancienne“, un jour ou l’autre. Si le web – pardon, internet – a annihilé les frontières, que les réseaux sociaux ont facilité la création de nouveaux contacts à travers le monde, je rencontre de plus en plus de personnes qui réalisent soudain, hagards, les limites des réseaux sociaux.

-Tu es sur les réseaux sociaux ?
-De temps en temps…
-Tu n’est pas connecté(e) là, tout de suite ?
-Ben non, pourquoi ? Je devrais ?
-Je viens juste de publier que je passais un super moment avec toi !!
-…

dépité flac point org

(photos factopinion.info et flac.org)

Advertisements

3 comments on “So you’re into SN… (EN & FR)

  1. dandelionabc
    January 5, 2016

    J’adore ce texte, tellement vrai et le petit dialogue à la fin exquis. Continue c’est un plaisir de te lire.

    Liked by 1 person

    • excusemyfrngl
      January 8, 2016

      Merci, c’est très gentil de ta part… j’en profite pour te souhaiter une très belle année ! Tu as également un très beau style, j’aime bien te lire. A bientôt !

      Liked by 1 person

  2. lafeebiscotte
    May 4, 2016

    C’est tellement ça et si bien dit 🙂 Pour certains exister c’est s’afficher sur la toile. On ne changera pas le monde.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: