Xcuse my Frenglish

Petit webzine bilingue (ou presque)

Angie (Part 2 – EN & FR)

70665728elfe

Angie’s always been cheerful and outgoing, a little crazy you’d have said if you’d have happened to party with her at college. She’s fully lived her life, between studies, parties, boys, and taking care of her beloved ones. She loves fantastic tales, vampires’ stories and medieval times. We had the most memorable sleepless nights watching the freshly bought on VHS (yes kids, VHS!) “Friends”. We’d watch the entire season in one go, making a break just to go buy some fresh croissants at 1:30 am in a nearby bakery. We laughed together, cried together, hoped together. It’s a friendship. Genuine friendship. Period.

At the hospital, I was breath-taken by all these rooms with open doors. Not fully open, but still open. Patients had no real privacy, now maybe that was intended. I felt their sorrow, their loneliness, their despair, their hope and fear. I freaked out and felt powerless. I’d so have wanted to go pay a little visit to each of them, listen to them, their lives, and offer them some valuable time with an open ear and some smiles, make them feel they are not alone or forgotten. I know I cannot do this. Who am I to enter their lives for one day and one day only? Wouldn’t this add to their negative feelings? If you start doing something like this, you’d want to be regularly there, offer a nice presence at a decent frequency. You should also learn not to get too emotionally involved, which is a challenge beyond what you may think.

Arriving at Angie’s. She tries to smile. Tears are not far away. She’s afraid. Who wouldn’t be?

I took her in my arms. No words needed. She cried a little, trying to hold herself. I tried not to join her in the choir of tears. Got her some pure and organic pomegranate juice bottles, said not to cure but to slow down or stop the progression of the illness. Worth a try.

I sat next to her on a chair and hold her hand. She told me she would be transferred to another hospital as soon as a place would be available. One thing in her favor? Her age. She’s young. You’d better not be an old and poor person nowadays to get proper health care. There are price tags on lives. Hippocrate must be turning in his grave.

“Angie, this doesn’t mean you’re about to die. Hey look at me. Take some time to try take in the news, then identify the enemy and FIGHT! I want to see Xena, Buffy and all of these women warriors in you!
– I’m so scared, so tired
– I know… you need to get some rest, to pull all your strengths together to fight properly. And you know, I’m here, your man is here, your siblings and all your friends are here as well to support you! We won’t let you down. Meet the enemy, name it as you want and kick its ass! You can do it. If you don’t try, I’ll have to kick your ass…”

She smiled! We can tell one another just about anything. We laughed so much when we spoke about relationships, men, sex, life! Now life strikes back and shows us one of its most tremendously negative sides.

“You know Angie, if I could take what you have, I would do it.
– Shut up you! You shouldn’t say that!
– Well maybe I shouldn’t, but it feels it would be fairer. There are so many things you are about to achieve soon and there is so much awaiting you.”
She smiled and looked at me with a “you silly goose” kind of look.
The truth is, I do feel this is absolutely unfair.
She’s getting married next month, she wants to have kids, she’s such a nice person. She’s got plans.
I am struggling to make sense of this world.

Angie and I spent some time together when her man came (back) in. He wasn’t to stay long as he had to take dispositions to stay with her upon the upcoming days. They converse and he bends towards her to kiss her goodbye. They hug. I can feel his emotions, his fear. He loves her so much, so dearly. I feel like leaving the room so they can have some privacy but he tells me not to. He leaves. He seems to be losing his marks in front of the recent event. It’s heartbreaking. Angie told me she was afraid to leave him alone. I share her concerns.
As I was about to leave, I tell her once again all the positive things I can think of, given that I believe in them. After a warm hug, she reaches to her phone and I walk out.

The other patients rooms’ open doors again…

Odd.

Ground floor. One of Angie’s siblings is here with her children, who are not allowed in the oncology service. We step out of the hospital together and talk. She spoke to Angie’s physician and she is very pessimistic: Angie’s chances to make it and recover would be of less than 10%. She thinks am in denial but I want to hold on to the hope that lives in these ten per cent. Who knows? Angie may have way better chances than this! She needs to go through more tests and a really appropriate treatment. Angie’s sister still has in mind what happened to their mother, and how fast it happened. It’s natural to see the negative side of a number, to think it’s over. I tried to pull her to more positivity, to see the glass “half full” and talked her into supporting Angie in a positive way, to encourage her and make her feel the love we all have for her. She cannot really fully embrace the idea of remission. At this point, it’s too surreal for her. I made the statement that I want to do my best to cheer Angie up and give her positive energy, in order to help her go through the treatment. She has to believe. If she doesn’t, cancer wins. Now of course, the curing protocol has to be set up and she’ll have to be strong. Patrick Swayze -one of Angie’s favorite actors- died of a lightning pancreas cancer. Angie HAS to kill it this damn monster.

Back in my car, I couldn’t help thinking about how unfair and unrreal all this was. I also realized that many of us need to face the ultimate wall to finally start living. How sad. And I’m no exception. Up until now, I’ve been saying things like “next year” or “when I’ll be [this, that, or that]” before a project. I had set up a fence around my wish-list. This has to stop, if not right away, soon. The fence can be lowered and allow me to jump over it in a momentum that would be called: “dontgiveadamngoforit!.”

Angie taught me this today, without knowing it.
Live. Now.Don’t give a damn about what others may think.
This is a tough learning for me, and yet, I must do it.
For Angie, for me, for all of those who are gone too soon.

(third part coming soon)


70665728elfe

Toujours enjouée et extravertie, vous auriez sans doute qualifié Angie d’un rien fofolle si vous aviez fait la fête avec elle à la fac. Elle a vécu son adolescence et sa vie de femme à fond, entre les études, les fêtes, les garçons et prendre soin de ses proches. Elle aime le fantastique, les histoires de vampires et le moyen-âge. Nous avons eu parmi les nuits blanches les plus mémorables à regarder la série « Friends », dont les nouvelles saisons, fraîchement sorties en VHS (en quoi ???? Ce qui existait AVANT le DVD les jeunes ;-p), n’avaient pas encore été diffusées en France. On se regardait la saison d’un trait, nous arrêtant simplement pour aller acheter quelques croissants frais à une heure et demie du matin dans une boulangerie proche. On riait ensemble, pleurait ensemble, espérait ensemble. Une amitié sincère, tout simplement.

Un couloir d’hôpital. Des portes entrouvertes, ni tout à fait ouvertes, ni techniquement fermées. Une intimité en demi-teinte pour les patients. Peut-être est-ce voulu ? Je peux ressentir les chagrins, les solitudes, les désespoirs, les espoirs et les peurs qui emplissent les lieux. Ca me prend à la gorge et je me sens impuissante. Une partie de moi aimerait tant s’arrêter dans chaque chambre pour rendre visite aux malades, les écouter parler de leurs vies, leur offrir une oreille attentive et un visage souriant, un moment de partage sincère, réconfortant; leur faire sentir qu’ils ne sont pas seuls ou oubliés. Mais qui suis-je pour vouloir entrer dans leurs vies pour une seule journée, quelques heures ? Cela n’ajouterait-il pas une douleur supplémentaire ? Si vous commencez une telle démarche, vous vous devez d’être régulier, de proposer une présence qui ne sera pas un fait unique. Il faut également apprendre à ne pas trop s’impliquer émotionnellement, ce qui représente un défi hors normes.

Arrivée à la chambre d’Angie. Elle tente l’esquisse d’un sourire, les larmes ne sont pas loin. Elle a peur. Qui n’aurait pas ce sentiment? Je l’ai serrée dans mes bras. Les paroles étaient inutiles. Quelques larmes s’échappaient de ses yeux et je tentais tant bien que mal de ne pas me joindre à elle dans un concert lacrimal. Je lui ai apporté des bouteilles de pur jus de grenade bio. Il paraît que ce breuvage serait en mesure de ralentir la progression des cancers (pas de les guérir). Alors pourquoi pas ?
Je m’assieds sur la chaise à côté du lit et lui tiens la main. Elle m’annonce qu’elle sera transférée dans un autre hôpital dès qu’une place serait disponible. Ce qui joue pour elle ? Son âge : elle est jeune.

De nos jours, il semble qu’il vaut mieux ne pas être trop vieux ou pauvre pour avoir des soins appropriés. C’est comme si un prix était apposé sur chaque vie. Hippocrate doit se retourner dans sa tombe.

“Angie, ça ne veut pas dire que tu vas mourir. Hey, regarde-moi. Prends le temps de digérer la nouvelle, identifie l’ennemi et BATS-toi ! Je veux voir Xena, Buffy et toutes ces guerrières en toi !
– J’ai tellement peur, je suis tellement fatiguée…
– Je sais… il faut que tu te reposes, que tu rassembles tes forces pour te battre correctement. Tu sais que je suis là, tout comme ton mari, tes soeurs et tes autres amis. On est tous là pour te soutenir. On ne te laissera pas tomber. Va au-devant de l’ennemi, donne-lui un nom et mets-lui la raclée du siècle ! Tu peux le faire. Si tu n’essayes pas, il me faudra TE botter le train…”

Elle sourit ! Elle me connaît et comprend ce que je tente de faire. Nous pouvons vraiment tout nous dire. Nous avons tant ri en parlant de relations amoureuses, des hommes, de sexe, bref : de la vie ! Cette vie qui contre-attaque et nous met face à un de ses aspects les plus négatifs.

“Tu sais Angie, si je pouvais, je prendrais ce mal qui est en toi.
– Tais toi ! Tu ne devrais pas dire ça !
– Peut-être, mais ce serait plus juste. Il y a tant de choses qui sont en cours et qui t’attendent.”
Un nouveau sourire. Elle me regarde avec un air amusé, attendri et réprobateur à la fois. Je pense cependant très sincèrement que ce qui lui arrive est injuste. Elle se marie le mois prochain, souhaite avoir des enfants. C’est une belle personne avec des projets en cours de réalisation. J’ai vraiment du mal à me faire à toutes les injustices de ce monde.

Angie et moi passons encore un peu de temps ensemble quand son homme revient dans la chambre. Il ne resterait plus très longtemps car il doit prendre des dispositions pour pouvoir rester aux côtés de sa bien-aimée ces prochains jours. Ils papotent et il se penche pour l’embrasser avant de partir. Je peux ressentir ses émotions, sa peur. Il l’aime tellement et avec tant de sincérité. J’ai envie de quitter la chambre pour leur donner un peu d’intimité mais ils m’en empêchent. Il part. Il semble perdre ses repères face à ce qui se passe. Ça me fend le cœur. Angie me dit qu’elle craint de le laisser seul et je partage son inquiétude. Alors que je prenais congé, je lui répète toutes les choses positives auxquelles je peux penser, toutes celles auxquelles je crois. Après une embrassade et alors que je pars, elle s’empare de son téléphone portable.

A nouveaux les portes entrouvertes tout au long du couloir.
Perturbantes.

Rez-de-chaussée. L’une des sœurs d’Angie est là avec ses enfants, qui ne peuvent entrer dans le service d’oncologie. Nous sortons de l’hôpital en parlant. Elle a parlé au médecin d’Angie et celui-ci se montre très pessimiste. Les chances de rémission d’Angie sont de moins de 10%. Elle pense que je nie la maladie qui frappe sa sœur, mais je veux m’accrocher à l’espoir qui réside dans ces fameux dix pour cent. Qui sait ? Angie viendra peut-être augmenter les statistiques ! Elle doit encore passer toute une batterie de tests et un traitement adéquat doit être mis en place. Sa sœur se rappelle ce qui est arrivé à leur mère, et à quelle vitesse. Il est naturel de voir le côté négatif d’une statistique, de penser que c’est couru d’avance. Je tente de la tirer vers des idées plus positives, de lui faire voir le verre à moitié plein et l’encourage à soutenir Angie le plus positivement possible, de lui faire sentir toute l’affection que nous avons pour elle. Elle ne peut envisager de rémission pour Angie, pas pour l’instant, ça lui semble trop irréel. Je lui annonce ma ferme intention de faire de mon mieux pour remonter le moral d’Angie et lui donner de l’énergie afin de l’aider à traverser son traitement. Elle doit croire que le traitement sera efficace, sinon le cancer gagnera. Évidemment, le protocole de soin doit être mis en place et elle devra être forte. Patrick Swayze -un de ses acteurs préférés- est décédé d’un cancer du pancréas foudroyant. Angie DOIT se débarrasser de ce put*** de monstre.

De retour dans ma voiture, je ne pouvais m’empêcher de penser à la dimension irréelle et injuste de tout ce qui se passait. J’ai aussi réalisé que beaucoup d’entre nous devaient faire face au mur final pour enfin commencer à vivre. Que c’est triste. Je n’échappe pas à cette réalité. Jusqu’à présent, je disais : “l’année prochaine” ou  “quand je serai/ quand j’aurai [ici, là, avec ça de changé] avant de me lancer dans une entreprise qui ne serait que favorable à ma petite personne. J’avais érigé une muraille autour de mes souhaits, de mes envies. Il fallait que cela s’arrête, sinon tout de suite, au moins au plus vite. La barrière pouvait être rabaissée afin que je puisse sauter au-dessus, dans un élan qui pourrait se nommer : “tenoccupepasfonce !”

C’est ce que j’ai appris aujourd’hui, grâce à Angie, qui ne le sait pas.
Vivre. Maintenant.Ne pas se soucier de ce que les gens pourraient penser. Avancer.
C’est une leçon douloureuse et il me faut l’appliquer.
Pour Angie, pour moi, pour tous ceux qui sont partis trop tôt.

(troisième partie à suivre)

Advertisements

One comment on “Angie (Part 2 – EN & FR)

  1. Pingback: Benjamin Biolay – Trénet (French music – FR & EN) | Excuse My Frenglish - Excusez Mon Franglais

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Information

This entry was posted on September 17, 2015 by in anglais, english, français, french, Text(e)s and tagged , , , .
%d bloggers like this: